Journées du Patrimoine
Rubriques
News
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos

NOTRE PATRIMOINE

BULLETIN DU COMITE DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE VALENCIENNOIS.

 

N° 12 Automne 2009

Le mot du Président

Anniversaire et perspective.

   Le 21 novembre 1970, l'article de la page centrale du Courrier du Hainaut, le journal animé par le regretté Jean Dauby, s'intitulait : « Raz tout: tout un programme ».

   L'auteur dénonçait la démolition des immeubles 7 et 9 rue des Anges par l'office d'HLM d'alors. Ces deux maisons du début 18 ° S devaient laisser place à un bâtiment provisoire préfabriqué ! Sur l'énorme camion chargé d'évacuer les décombres figurait la fière devise « Raz tout! »

   La semaine précédente Jean Dauby posait la question : « La démolition est-elle une vocation Valenciennoise? » et débutait ainsi son billet: « il y a un Comité de Sauvegarde...et puis il y a ceux qui veulent démolir et qui se dépêchent de jeter bas les vénérables bâtiments avant que les autres aient eu le temps de réagir »

   Comme on le voit, les temps étaient difficiles pour nos vieilles pierres et il faudra revenir un jour sur l'argumentaire utilisé par les « démolisseurs » durant cette époque révolue. Révolue ? Il y a peu nous avons eu à déplorer la démolition de la façade du n° 130 rue des déportés du train de Loos, sans permis de démolir et sans récupération des matériaux (soubassements en grès, consoles sculptées). De même, la démolition du 6 rue des Hospices (angle rue des Foulons) n'a pas donné lieu à sauvegarde des grès.

   Il est des habitudes difficiles à faire évoluer... Mais reconnaissons avec satisfaction que les mentalités ont changé et que nos élus, dans leur majorité, reconnaissent l'intérêt du Patrimoine local.

   Pour autant, il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour valoriser ce qui nous reste : le Mont de Piété, la Chapelle de l 'Hôpital Général, le Béguinage, le patrimoine souterrain (rivières, ponts, fortifications)...

   Certains projets pourraient être portés par la Communauté de Communes, comme un musée du Hainaut regroupant les richesses artistiques produites dans notre région depuis la révolution industrielle. N'oublions pas la gestion des espaces verts, publics et privés, dont la permanence et le développement constituent un enjeu majeur des années à venir.

   La liste n'est pas close et nombreux sont les sujets d'intérêt pour notre Comité.

 

Jérôme GUILLEMINOT

 

Note sur les lucarnes (intra-muros) Texte de Jérôme Guilleminot, dessins de Jean Paul Boulenger

 

   Habitués à regarder le bout de nos chaussures ou de notre capot, nous passons souvent indifférents dans des rues que nous croyons connaitre. Pourtant, il suffit de lever le nez pour constater que notre ville réserve toujours d'agréables surprises à qui sait voir.

   Il en est ainsi des lucarnes qui, telles des lampes (lucerna) amènent la lumière (lux) dans la pénombre des combles.

   La lucarne répond d'abord à une fonction : permettre l'utilisation du volume du grenier essentiellement à des fins de stockage mais aussi artisanales, puis d'habitation.

   Les aquarelles de Simon Leboucq font apparaître des types anciens de lucarnes ouvragées tant en pierres qu'en briques et en bois. L'une des rares rescapées en bois (la seule ?) présente une découpe de style gothique (fig. 1 - 29 rue Delsaux).

  

lucarne1_29rueDelsauxrectif.jpg

Jusqu'à la fin du 18ème siècle, trois types de lucarnes dominent.

   La lucarne à deux pentes sans croupe (fig. 2 - rue des Sayneurs) dont l'ouvrant était constitué d'un volet plein et dont l'espace triangulaire restait vide. Ce type de lucarne est visible sur la demande de permis de construire présentée par Lottman en 1629 à l'angle de la rue des Maillets et rue de Paris. Plus tard l'ouvrant a été vitré et le vide supérieur fermé par des planches ou des briques.

lucarne2rectif.jpg

   Puis, la lucarne à deux pentes avec croupe débordante (fig. 3) devient largement majoritaire et rythme les alignements de nos façades (voir la rue Askievre).

Lucarne3rectif.jpg

   La sous-face de la croupe pouvait être laissée ouverte pour l'aération des combles ...ou permettre le retour au bercail des pigeons.

   Ces lucarnes appartenant aux deux types les plus courants ne donnent pas lieu à décoration particulière et sont couvertes de tuiles plates ou d'ardoises.

   L'aspect utilitaire de la lucarne est affirmé par les lucarnes à consoles ou gerbières, soit en biseaux (fîg. 4 rue d'Audregnies) soit à front plat (fig.5 rue Henri Lemaire), munies d'un crochet ou d'une poulie permettant de hisser fourrage, grains, farine, matériaux et meubles.    Elles s'observent aussi bien côté rue que sur cour.

Lucarne4rectif.jpg....................................Lucarne5rectif.jpg

   Certaines s'ouvrent par une véritable porte rompant le chéneau et entaillant la façade (rue St Jacques, rue St Géry, cour du 60 rue de Lille). D'autres comportent des consoles sculptées (rue Henri Lemaire, rue Abel de Pujol, rue Wedière, rue d'Audregnies) ou un linteau cintré et chanfreiné (rue Emile Durieux ).

   A la fin du 18ème siècle et au 19ème siècle les lucarnes se diversifient et semblent répondre au souci d'individualisation de leurs propriétaires. Le modèle de base est à deux pentes à fronton triangulaire plein et non débordant (voir le bel alignement de la rue des Ursulines); mais la surface plane du triangle est prétexte à apposition de divers motifs tels rubans, rinceaux (fig.6 rue Capron et fig.7 place du 8 mai 1945) ou date (17 rue de Famars 1787).

Lucarne_6_rue_Capronrectif.jpg............................Lucarne_neuf_bourg_7rectif.jpg

   De même les montants de la lucarne peuvent être agrémentés de consoles (rue Abel de Pujol), ou la pointe du triangle se cacher derrière une moulure arrondie (rue de Beaumont).

Une lucarne atypique doit être signalée au 50 rue Delsaux; datée de 1802 sur le fronton, elle est accostée de guirlandes et volutes.

   La rénovation de toiture, les aménagements de combles, aboutissent fréquemment à atrophier les lucarnes existantes en supprimant le débordement de la croupe (voir par exemple rue Notre Dame ou rue des Déportés du train de Loos), à les enlaidir par l'usage de matériaux inappropriés (tuiles grand modèle, zinc, ouvrant en aluminium ou en PVC) ou à les supprimer totalement au bénéfice de fenêtres type « velux » qui pourraient être utilisées en façade arrière avec moins de dommages.

   La dénaturation ou la disparition des lucarnes affecte sensiblement l'harmonie du paysage urbain. Il est essentiel de veiller à leur maintien et à leur restauration.

 

Jérôme GUILLEMINOT

 


 Dessins de Jean Paul  BOULENGER

Lucarne_8_rue_Abel_de_Pujolrectif.jpg...............................Lucarne_9_rue_Delsauxrectif.jpg

Lucarne_10rectif.jpg................................Lucarne_11rectif.jpg

Lucarne_12rectif.jpg...............................Lucarne_13rectif.jpg

Le mot du secrétaire

·         Des panneaux de présentation, appelés visuels, vont voir le jour progressivement dans la Ville pour rendre certains lieux importants du patrimoine valenciennois « lisibles ».

Le Comité de Sauvegarde, par l’intermédiaire de son secrétaire, participe activement à cette action en collaboration avec la Ville, le service archéologie et Valenciennes Métropole.

Des experts ont été choisis pour écrire les textes : Thérèse Lecroart, Félicien Machelart et Jean Claude Poinsignon. Le premier visuel, qui sera inauguré dans peu de temps, concerne l’accès piétonnier au stade Nungesser, et plus précisément la lunette de Cambrai.

      La lunette de Cambrai : Les travaux sont terminés. Le visuel du lieu a été élaboré par le service archéologique. Il n’aura qu’une face de dimensions 180x100, contenant une reproduction du plan Mariage de 1891 (ce plan a été préféré à d’autres plus anciens car il montre la voie ferrée Valenciennes-Maubeuge ce qui permet de mieux comprendre le site), avec un texte bref et facile à comprendre. Ce texte est traduit en anglais. L’ensemble est accompagné de photos des souterrains qui ont été sauvegardés. Ce visuel a été validé par la DRAC, les monuments historiques et Valenciennes Métropole qui le finance.

      Le Square Froissart : le texte a été rédigé par Thérèse Lecroart, qui a aussi choisi les illustrations.

      La place Verte : le texte et les illustrations de Philippe Beaussart sont prêts et attendent la commande du visuel.

      Le square Watteau devant l’église Saint Géry : là aussi le texte écrit par Jean Claude Poinsignon est prêt et en attente de commande. Thérèse Lecroart nous précise qu’elle a rencontré Patrick Roussiès à propos du lieu : les arbres abattus l’ont été pour des raisons de sécurité ; la fontaine est sale, mais elle est pourtant nettoyée régulièrement ; il est prévu de remanier complètement le square…

·         La chapelle des Pères Maristes

Christine Yackx a organisé une visite de cette chapelle et des bâtiments annexes situés sur la Place Verte, car l’ensemble va être mis en vente…La chapelle bâtie en 1860 par l’architecte Louis Dutouquet présente de nombreuses qualités patrimoniales, tout comme les fresques du frère Sylvain Giraud dans le petit oratoire. Cet ensemble étant menacé, il est nécessaire d’y prêter la plus grande attention pour qu’il soit sauvegardé. La communauté du Pain de Vie qui occupe les lieux est intéressée par l’achat, mais est à la recherche de fonds…

·         La ZPPAUP

Le Parlement a décidé de supprimer l’avis conforme le l’architecte des bâtiments de France dans les ZPPAUP. Cette décision regrettable risque d’avoir de fâcheuses conséquences pour notre patrimoine. Nous allons devoir redoubler notre vigilance……

  • Cartes de Francis Trotin

Pour limiter un peu notre stock de cartes, nous vous proposons des lots de cinq cartes pour cinq euros. Ces cartes pourraient vous servir prochainement pour envoyer vos vœux. Vous pourrez vous en procurer à la prochaine assemblée générale.

 

A noter :

 

La cotisation d’adhésion au Comité reste à 16 €. (un reçu fiscal vous sera délivré pour tout versement strictement supérieur à 16 euros)

L’adresse du Comité est : 6, rue d’Audregnies 59300 Valenciennes

Le Secrétaire : Alain CYBERTOWICZ 17, rue Emile Zola 59880 Saint Saulve

(0686719002)    a.cybertowicz@wanadoo.fr

Le Trésorier : M. MAENHOUT 15, rue Désiré Pélabon 59154 Crespin

Site internet : http://www.cspv.fr/

 


Date de création : 24/10/2010 @ 09:25
Dernière modification : 18/01/2014 @ 21:58
Catégorie : Rubriques - BULLETINS
Page lue 1866 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Recherche
Recherche
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 24 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!