Journées du Patrimoine
Rubriques
News
 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos

Suzanne Tichoux nous a quittés le 26 novembre 2015, elle allait avoir 93 ans. Personnalité bien connue des Valenciennois, adhérents des Amis du Musée, de « la découverte des Arts »,   pour qui elle organisait avec passion voyages de court ou longue durée, sorties au théâtre, à l'opéra et aux expositions à Paris, Bruxelles et bien au-delà. Elle était également ancienne directrice d'école maternelle à Saint-Saulve, Officier des Palmes académiques, ancien conseiller municipal à la culture à Saint-Saulve. C'était un exemple pour beaucoup d'entre nous.

La maladie a  assombri ses dernières années, elle a retrouvé maintenant paix et  sérénité.

Voici le texte qui a été lu lors de ses funérailles le mardi 1er décembre 2015 en l'église Saint Martin de Saint Saulve :

Bien chère Suzanne,

Il y a presque 40 ans, arrivant dans le Nord, j'ai eu la chance de faire ta connaissance alors que tu dirigeais l'école maternelle du Clos Fleuri de Saint Saulve. Tu étais l'âme de cette école à laquelle tu te donnais sans compter. Tu faisais découvrir aux enfants les instruments de musique, les pays que tu avais visités, leur communiquant l'envie d'apprendre, le goût du beau, aiguisant leur curiosité et leur créativité. Tes petits élèves et leurs parents ne l'ont pas oublié. Tu t'étais engagée aux côté de Madame Gallez avec le souci du bien commun, du bon fonctionnement de l'école et de la MJC.

Condé et ta famille étaient tes points points d'ancrage. Tu en parlais souvent avec avec tant de chaleur. Les grandes réunions familiales t'apportaient un immense bonheur : tu t'y "rechargeais tes batteries" !

Nous partagions nos joies, mais aussi nos peines et sommes de tout coeur avec vous en ces jours de deuil.

Tu disais avoir hérité de ton cher papa le goût du voyage. Qui mieux que toi a su faire partager ses passions ?

Tu aimais la musique et le théâtre : tu frétais un car et nous emmenais à l'Opéra de Bruxelles, aux Ballets du XXème siècle de Béjart, à l'HIppodrome de Douai, à la Comédie Française...

Tu aimais les Arts. "Le Musée est une seconde maison" disais-tu. Pilier de "l'Association des Amis du Musée de Valenciennes", tu organisais avec enthousiasme ces voyages très denses et enrichissant que nul n'a oublié, aussi bien les séjours d'une semaine que d'un weekend ou les sorties d'une journée.

Bravo Suzanne !

Connaissant tes talents, notre amie Anne Miroux t'a impliquée dans la création de "A la découverte des Arts", dès que tu as pris ta retraite. Que de trésors nous avons vus grâce à vous deux. Tu ponctuais chaque retour d'un éclatant "Encore une bonne journée" devenu légendaire.

Tu fus ma marraine au club Soroptimist. Fidèle aux réunions, dynamique, efficace lors de nos brocantes ou ventes au profit d'oeuvres sociales, tu semblais infatigable. Tu étais notre coordonnatrice Culture, très impliquée dans les échanges avec nos club jumelés allemand et néerlandais.

Pour tous ces domaines que tu as marqués de ta personnalité enthousiaste

Pour ce que tu nous as fait découvrir de la beauté du Monde

Pour ton sourire bienveillant, ton optimisme à toute épreuve, notre coeur déborde de reconnaissance.

Ces dernières années ont été pour toi une épreuve cruelle.

Mais tu as maintenant retrouvé la Sérénité, la Paix et la Lumière auprès de ceux qui t'ont précédée et que tu aimais tant.

Au Paradis, peut-être as-tu déjà organisé une visite de la Voûte Céleste ?

Félicien Machelart, décédé le lundi 17 novembre 2014 à l’âge de 87 ans. Ancien aumônier du lycée Henry Wallon, Docteur en Histoire de l’Art, un des créateurs de l’UER de Lettres de l’Université de Valenciennes et par la suite Directeur de la Faculté de Lettres de Valenciennes, responsable de la commission d’Art Sacré du diocèse de Cambrai, ancien président des « Amis du Musée », il était très actif et très engagé pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine de la Ville. Ces dernières années il s’était impliqué avec le SIAV sur la mise en valeur des rivières de la ville. C’est une immense perte pour le patrimoine valenciennois. Ses nombreux écrits vont nous rester, et seront très précieux pour tout ce qui concerne le patrimoine de la Ville.

Thérèse Lecroart. Véritable mémoire du patrimoine et de l’histoire de la ville de Valenciennes, elle s’est éteinte  dans sa 90ème année le 30 décembre 2013. D’une grande gentillesse, souriante, très érudite et pieuse, elle possédait une soif de connaissances qu’elle aimait transmettre. Pharmacienne, elle a longtemps géré la pharmacie de La Fontaine qu’elle avait héritée de son père. Très engagée dans la Résistance pendant la guerre 39-45, elle a eu de nombreuses distinctions. Elle était membre du Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois, des Amis du Musée, du club philatélique et du Cercle archéologique dans lequel elle s’est beaucoup impliquée : « Avec elle disparait une femme de conviction qui assurait depuis de nombreuses années la gestion financière du Cercle avec tant de scrupule et d’efficacité » sont les mots du Professeur Philippe Guignet, président du Cercle. C’est une immense perte pour ceux qui s’intéressent au patrimoine de la Ville : on pouvait la contacter pour toute question sur ce sujet ; elle avait presque toujours la réponse, et si elle hésitait, elle savait qui contacter pour avoir une certitude. Sa dernière inquiétude concernait un portrait de l’abbé Lemire, créateur des Jardins ouvriers de France, réalisé par Lucien Jonas : comme un déménagement de cette association est envisageable, elle ne voulait pas que ce tableau quitte Valenciennes. Espérons que son vœu se réalise.

Therese.jpg

Louise Saury nous a  quittés à 91 ans, le 5 décembre 2013. Détentrice de la médaille d’or des Arts et des Lettres, elle avait suivi des cours de Robert Barillot et Françoise  Boudet, titulaires d’un Grand Prix de Rome. Présidente du groupement artistique Athénia de 1996 à 2006, elle excellait dans les paysages du Nord, les rues et monuments de Valenciennes mais aussi de Denain dont elle était native. Elle participait régulièrement aux réunions de la commission patrimoine.

Marie Thérèse Cappelle, décédée le 19 mai 2013 dans sa 54ème année. Epouse de Daniel Cappelle, président de l’association du Mystère de 1547. Guide à l’Office du Tourisme, elle était spécialisée dans la présentation du cimetière Saint Roch dont elle connaissait les moindres détails et où elle repose maintenant. Secrétaire de l’association des Amis du Musée, elle était très impliquée dans la valorisation du patrimoine valenciennois. Elle nous quitte beaucoup trop tôt.

Yvette Marécaille-Stievenard, décédée le  9 avril 2013 dans sa 93ème année. Valenciennoise de naissance et de cœur, elle était présidente honoraire du Cercle Archéologique, membre de la Commission Historique du Nord, ancienne guide du musée des Beaux Arts, ancienne présidente de l’association des anciennes élèves du lycée Watteau, écrivain avec son fameux ouvrage « Vagabondage » qui a eu un grand succès. Sa disparition est une grande perte pour les défenseurs du patrimoine valenciennois.

Jean Paul Boulenger, décédé Le 20 mars 2012 à l'âge de 85 ans. Professeur agrégé de Lettres Classiques au lycée Wallon, il était l’un des membres fondateurs  du Comité de Sauvegarde du patrimoine Valenciennois en 1968. Ardent défenseur du patrimoine il aimait parcourir sa ville en observant les façades des maisons et leurs décors. Il lui arrivait souvent d’emmener avec lui un carnet sur lequel il dessinait une fenêtre, une lucarne ou une sculpture qu’il reproduisait ensuite soigneusement chez lui.

Le dessin ci-dessous est de Jean Paul Boulenger.

Jean Méreau, brutalement décédé le 17 janvier 2012. Il aurait eu 82 ans le 3 mars. Architecte et urbaniste à la ville de Valenciennes, il était une figure incontournable, une mémoire, un ardent et vigilant défenseur du patrimoine architectural. C’était un puriste, et il connaissait la ville pierre par pierre ; ses dessins au trait juste et rapide sont des modèles du genre. Outre ses dons de dessinateur, il avait la faculté de reconstituer à partir de témoignages ténus une façade ancienne et pouvait tout aussi bien monter des projets architecturaux modernes. Il a été logiste au concours du Prix de Rome en 1957 et son travail intégral précis sur la ZPPAUP est un vrai chef d’œuvre. La documentation qu’il a accumulée constitue une véritable « mémoire » de la cité. Sa disparition est une immense perte pour le patrimoine valenciennois.

« Je voudrais rappeler sa contribution essentielle à la connaissance de la ville absolument exhaustive, ainsi que son combat pour faire reconnaître la représentation de la ville au XVe siècle dans des tableaux de Robert Campin et Petrus Christus. Je garde l'image d'un homme libre ne plaçant pas l'argent au coeur de sa vie. Lors de la remise du Prix Rotthier à Bruxelles en 2002 pour la restitution de la façade de la maison à pans de bois au 94, rue de Paris, Maurice Culot voyait en lui l'image du valeureux maçon du Moyen-Âge », souligne Patrick Roussies, adjoint à la culture et au patrimoine.

« J'ai eu le plaisir de travailler et d'échanger avec cet excellent spécialiste de la topographie ancienne. S'appuyant sur les plans de 1767 et 1790 afin de rectifier le tracé des voies, il nous a permis une localisation très précise des édifices anciens par rapport au cadastre actuel de la ville. Cette approche, complétée par la mise en forme d'une typologie détaillée des maisons anciennes valenciennoises, a été très utile aux archéologues et aux urbanistes. Les dessins de Jean Méreau, au trait juste et rapide, sont des modèles du genre. Son oeuvre iconographique, ses articles et ses travaux scientifiques, sa documentation photographique constituent une véritable "mémoire" de la cité. Tout ce travail est actuellement valorisé dans le cadre d'un inventaire général du patrimoine mis en place par la ville depuis plus d'un an, et qui constituera à terme un hommage à l'architecte Jean Méreau  », explique Philippe Beaussart, directeur du service archéologique.

Pour Jérôme Guilleminot, le président du Comité de sauvegarde du patrimoine valenciennois : « Ce puriste passionné depuis toujours par les démolitions de la guerre et de l'après-guerre connaissait la ville pierre par pierre. Outre ses dons de dessinateur, il avait la faculté de reconstituer à partir de témoignages ténus une façade ancienne et pouvait tout aussi bien monter des projets architecturaux contemporains. » « Il avait été très fier d'être logiste au concours du Prix de Rome d'architecture en 1957. Son travail intégral précis, documenté et esthétique sur la zone ZPPAUP est un vrai chef-d'oeuvre. Amoureux de sa ville, il est aussi à l'origine de la rénovation exemplaire des taudis du quartier des Wantiers. Excellent camarade, il était très honnête et très entier », complète Jean-Claude Poinsignon, le directeur de la revue Valentiana.•

Thierry Hautclocq, brutalement décédé le  10 décembre 2011. Architecte, responsable de l’urbanisme de la Ville de Valenciennes, Thierry Hautclocq a travaillé pendant 21 ans en mairie en combinant ses talents d’architecte et d’urbaniste. Il était une référence en matière de droit et d’urbanisme. Son dernier gros chantier, enfin entamé, était le projet du pôle de développement économique de l’avenue Pompidou qui était le thème de son mémoire d’architecte.


Date de création : 01/01/2015 @ 21:57
Catégorie : Rubriques - Dossiers valenciennois
Page lue 1591 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Recherche
Recherche
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 24 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!